Contenu principal

En tant que syndicat franco-ontarien, l'AEFO croit qu'elle a la responsabilité d'assurer sa présence et d'affirmer sa solidarité auprès de la francophonie internationale. C'est pour cette raison que l'AEFO participe à des projets internationaux avec d'autres syndicats.

Projets en partenariat avec la FCE

L'AEFO appuie les programmes internationaux de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE).

Le Projet outre-mer

L’AEFO participe au projet outre-mer de la FCE qui, depuis 1962, offre de l’appui à des organisations de la profession enseignante dans plus de 50 pays d’Afrique, d’Asie, du Pacifique et des Antilles.

Le Projet outre-mer (PO) s’inscrit dans l’axe de l’Action enseignante pour l’apprentissage  qui cible trois grands secteurs d’activités soient :

  • Le perfectionnement professionnel du personnel enseignant.
  • L’appui aux organisations de l’enseignement pour le renforcement de leur capacité.
  • Le soutien aux initiatives pour l’égalité entre les sexes.

Principalement, les enseignantes et les enseignants qui participent au PO offrent bénévolement, pour une période de trois à quatre semaines en juillet et août, des ateliers de perfectionnement professionnel en collaboration avec des collègues du pays hôte. Les programmes offerts portent notamment sur l’éducation de l’enfance en difficulté, l’alphabétisation, l’éducation pour la paix et l’égalité des sexes, ainsi que sur les matières de base, soit le français, les mathématiques, les sciences et les études sociales, dans une perspective méthodologique centrée sur l’enfant. Les frais de déplacement, d’hébergement et de repas sont pris en charge par la FCE grâce au soutien des organisations membres. L’AEFO finance la participation de deux membres annuellement. 

Vous avez jusqu'u 10 novembre 2017 pour soumettre votre candidature pour participer au Projet outre-mer 2018. Votre dossier doit être acheminé à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

pdfDirectives pour les personnes qui souhaitent soumettre leur candidature

pdfFoire aux questions

docxFormulaire de demande

 

Témoignage de deux membres de l'AEFO qui ont participé au Projet outre-mer 2017

Nicole Boissonneault de l’Unité 59 - Est publique - Togo

PO2017 Nicole Boissonneault 1
À gauche, la seule femme sur un groupe de 40 enseignants de mathématiques et sciences, avec la participante au Projet outre-mer (Togo), Nicole Boissonneault.

PO2017 Nicole Boissonneault 2
Un enseignant et une enseignante togolais, durant un séminaire sur les sciences. Dans le fond, à gauche, la participante du Manitoba prépare du matériel. Les enseignantes et enseignants sont encouragés à faire davantage d’expériences scientifiques avec leurs élèves. Il est alors important d’utiliser du matériel facilement accessible.

AEFO : Pourquoi avez-vous posé votre candidature pour participer au Projet outre-mer?
Nicole B. : J’attendais depuis longtemps d’avoir cinq années d’expérience en enseignement pour pouvoir soumettre ma candidature... J’avais déjà fait un stage au Ghana il y a quelques années et j’avais hâte de pouvoir renouveler ce genre d’expérience, surtout en tant qu’enseignante pour collaborer et partager entre collègues.

AEFO : Quelle matière enseignez-vous?
Nicole B. : Cette année, j’enseigne en 5e année, mais j’ai aussi enseigné les mathématiques et les sciences au secondaire.

AEFO : Parlez-nous un peu du projet.
Nicole B. : Le projet a duré environ trois semaines, ce qui inclut une formation de quelques jours à Ottawa. Une fois sur place, au Togo, notre équipe canadienne devait, entre autres, partager des stratégies d’enseignement autant que des stratégies d’apprentissage. Cette coopération est importante puisqu’au Togo, le personnel enseignant n’a pas autant de possibilités de perfectionnement professionnel qu’ici, en Ontario, et beaucoup ont moins de ressources. Les participantes et participants togolais enseignent à l’élémentaire et au secondaire et la plupart sont membre d’un syndicat.

AEFO : Quels sujets ont été abordés avec les 80 enseignantes et enseignants?
Nicole B. : L’équipe du Projet outre-mer était composée de quatre enseignantes canadiennes. Nous avons présenté des stratégies de discipline progressive et de gestion de grand groupe ─ au Togo, ce n’est pas rare de voir des classes de plus de 80 élèves. Comme j’enseigne les mathématiques et que je suis qualifiée en sciences, j’ai partagé des stratégies se rapportant à ces matières. Il a aussi eu des ateliers sur les stratégies de lecture et d’écriture ainsi que des sessions sur la fabrication de matériel pédagogique.

AEFO : Est-ce qu’il y a eu des moments marquants pour vous?
Nicole B. : Pendant la deuxième semaine, sur 40 enseignants de mathématiques et sciences, il y avait une seule femme. Peu de Togolaises se lancent dans ces domaine, mais cette enseignante avait des objectifs très précis. En tant que femme j’ai été touchée par sa détermination et je suis persuadée que sa persévérance lui permettra de poursuivre ses études supérieures en physique ainsi qu’elle le désire. Et aussi, parlant de femmes, j’ai pu remarquer celles qui travaillaient pour un syndicat étaient exceptionnelles. Elles travaillent avec acharnement pour la scolarisation de la jeune fille et pour l’équité des sexes.

AEFO : Que retirez-vous de cette expérience?
Nicole B. : L’enseignement est une deuxième carrière pour moi. Depuis mon séjour au Togo, je suis encore plus certaine d’avoir fait le bon choix. J’ai une passion renouvelée pour l’enseignement. Je suis extrêmement fière d’être enseignante. De plus je dirais que l’expérience a confirmé pour moi à quel point le syndicalisme est important pour les conditions de travail des enseignantes et enseignants.

 

Bridget Little de l'Unité 66 - Centre-est catholique - Burkina Faso

PO2017 Bridget Little1
Bridget Little, à droite, avec des enseignantes et enseignants d’anglais. « Au Burkina Faso, il y a plus de 80 langues... On enseigne donc l’anglais en tant que langue étrangère », dit Bridget Little.

PO2017 Bridget Little2
Pendant les sessions de formation, les enseignantes et enseignants burkinabés se mettaient parfois à danser spontanément. « La joie de vivre, le côté humain, les rires, la danse... Cela va rester parmi mes souvenirs », dit Bridget Little.

AEFO : Pourquoi avez-vous posé votre candidature pour participer au Projet outre-mer?
Bridget L. : Quand j’ai vu l’annonce dans En Bref l’année dernière, j’ai tout de suite vu que je devrais y participer. J’ai toujours voulu faire du bénévolat outre-mer. Quand j’ai appris que j’étais choisie pour aller au Burkina Faso, j’ai été super contente!

AEFO : Quelle matière enseignez-vous?
Bridget L. : L’anglais, au secondaire.

AEFO : Parlez-nous un peu du projet.
Bridget L. : Je faisais partie d’une équipe de quatre personnes du Canada. Avec huit collègues burkinabés, nous avons préparé des formations sur la gestion de classe, la pensée critique, etc., et sur des matières spécifiques telles que les mathématiques et le français. Ensuite, pendant deux semaines, nous avons donné des formations à environ 150 enseignantes et enseignants.

AEFO : Quels sujets ont été abordés avec les 150 enseignantes et enseignants?
Bridget L. : Pour ma part, j’ai parlé de stratégies d’enseignement qui encouragent la différentiation. J’ai donc présenté différentes stratégies centrées sur l’élève ─ l’apprentissage par le jeu, par exemple.

AEFO : Est-ce qu’il y a eu des moments marquants pour vous?
Bridget L. : Oui, bien sûr! Par exemple, j’ai été frappée par les ressemblances entre le personnel enseignant au Burkina et en Ontario. Dans le salon du personnel, on a le même genre de discussion : comment transiger avec un élève qui est toujours en retard, par exemple! Et j’ai aussi remarqué que nous avions les mêmes motivations pour l’enseignement.

AEFO : Que retirez-vous de cette expérience?
Bridget L. : Je travaille dans une école qui accueille beaucoup de nouvelles arrivantes et de nouveaux arrivants. Je crois que mon voyage me permettra de mieux les comprendre. J’ai aussi une nouvelle appréciation pour mon école et ses nombreuses ressources, ainsi que pour le travail que fait mon syndicat pour ses membres. Mais je n’ai pas encore trouvé une façon simple de résumer cette expérience extraordinaire!

Témoignages d'anciennes participantes et d'anciens participants